Sans frais : 1.877.225.0446

L’impact de la pandémie de COVID 19 sur l’économie canadienne et le marché des assurances

Il ressort d’un récent rapport que le secteur de l’assurance de dommages au Canada s’est mieux comporté jusqu’à présent que le secteur de l’assurance-vie dans la dynamique économique et de marché volatile créée par la pandémie de COVID‑19.

Le secteur de l’assurance reste globalement bien capitalisé, selon le rapport de segment de marché de l’agence de notation AM Best, intitulé COVID-19 Taking Its Toll on Canada’s Economy and Insurance Industry (sur les conséquences du coronavirus sur l’économie et le secteur de l’assurance au Canada).

Cependant, pour ce qui est du secteur de l’assurance-vie, la croissance du chiffre d’affaires a été brusquement freinée en raison, d’une part, de la pression économique que la COVID‑19 fait peser sur les consommateurs et, d’autre part, de la transition à un environnement de vente numérique, effectuée avec plus ou moins de succès par les agents et représentants d’assurance-vie. Les bénéfices d’exploitation des assureurs-vie souffrent également de la dynamique du marché et de l’évaluation des actifs, et il est bien probable que la tendance actuelle se poursuive. La volatilité prolongée des marchés boursiers et la faiblesse des taux d’intérêt menacent la croissance et pourraient entraîner aussi une baisse des revenus de commissions.

En revanche, le secteur de l’assurance de dommages démontre qu’il demeure rentable et capable de relever les défis présentés par la COVID‑19, en plus de ceux que posent l’instabilité grandissante des conditions météorologiques et climatiques, la multiplication des incendies et des séismes ainsi que la volatilité économique et les questions de concurrence et de réglementation.

L’assurance automobile pour particuliers reste toutefois un point faible, avec une nouvelle baisse de la performance enregistrée en 2019 et une augmentation de 10 points des frais de gestion et de règlement des sinistres, ce qui vient annuler deux ans d’amélioration continue. La fréquence des sinistres, déterminée par des facteurs comme la distraction au volant ou le kilométrage effectué, entre en ligne de compte dans l’évaluation de tout produit d’assurance automobile.

S’ajoutant à l’inflation, la hausse du coût des sinistres due à des prix de réparation de plus en plus élevés continue d’agir négativement sur l’ensemble du segment automobile. Selon les premières indications, la fréquence des sinistres devrait pourtant diminuer de manière importante en 2020, étant donné qu’avec les consignes de confinement, les fermetures d’entreprises et l’expansion du télétravail le nombre de kilomètres parcourus a fortement baissé dans tout le pays. AM Best maintient donc une perspective stable sur le secteur de l’assurance de dommages au Canada.

Lire l’article : https://www.insurance-canada.ca/2020/09/14/best-market-segment-report-covid19-its-toll-on-economy/

Voir aussi : https://portail-assurance.ca/article/covid-19-am-best-soumettra-les-assureurs-a-un-test-de-resistance/

Voir aussi : https://portail-assurance.ca/article/lindustrie-de-lassurance-face-a-la-covid-19-coronavirus/