Sans frais : 1.877.225.0446

Le secteur de l’assurance des dommages a besoin de meilleures données sur la distraction au volant

Une récente table ronde en webinaire sur la distraction au volant a fait ressortir l’écart important entre les données publiées par les agences gouvernementales et les données que les entreprises sont en mesure de recueillir. Ce manque d’harmonisation nuit à la force des communications et des messages de sensibilisation sur la gravité du danger à utiliser un téléphone cellulaire lors de la conduite d’un véhicule.

Selon les données collectées par les applications de Cambridge Mobile Telematics, l’utilisation d’un téléphone intelligent a été cause de distraction au volant dans environ un tiers des trajets relevés en 2019. En 2020, même avec neuf mois de pandémie, ce chiffre est passé à 40 % des trajets.

Cependant, un rapport de la National Highway Traffic Safety Administration des États-Unis à la fin 2019 indique que le pourcentage de conducteurs de véhicules de tourisme faisant usage d’un appareil portable a augmenté de 2,9 % en 2017 à 3,2 % en 2018. L’utilisation visible d’un dispositif mains libres lors de la conduite a baissé de 0,45 % à 0,35 %, tandis que la manipulation visible d’appareils portables a augmenté de 2 % à 2,1 % au cours de la même période.

Le National Safety Council a établi que l’utilisation d’un téléphone, incluant avec un dispositif mains libres, était impliquée dans environ un quart (26 %) de tous les accidents de voiture. Selon les statistiques de CAA pour 2020, 47 % des Canadiens admettent avoir texté ou envoyé un message vocal en conduisant et 33 % des Canadiens admettent avoir texté à un feu rouge. De plus, InsuranceHotline.com rapporte que 26 % des Canadiens déclarent avoir consulté leur messagerie alors qu’ils étaient aux commandes d’un véhicule en mouvement et que 41 % des Canadiens se disent « plutôt susceptibles » de consulter leur messagerie lorsqu’ils sont arrêtés à un feu rouge.

Il apparaît ainsi clairement que les données des gouvernements, des organismes sans but lucratif et des entreprises de télématique sont très éloignées les unes des autres. Les assureurs veulent voir les risques diminuer, mais pour cela, des données plus précises, plus cohérentes et une meilleure sensibilisation sur les dangers de la distraction au volant sont indispensables.

Pour en savoir plus sur ce dossier, voir :

https://www.canadianunderwriter.ca/insurance/pc-industry-needs-better-data-about-distracted-driving-1004203087/

Voir aussi :

https://www.caa.ca/fr/distraction-au-volant/statistiques/

Voir aussi :

https://portail-assurance.ca/article/la-distraction-au-volant-dans-le-collimateur/

Voir aussi :

https://ici.radio-canada.ca/nouvelle/1716143/cellulaire-volant-distractions-principale-cause-accidents-mortels-quebec-saaq

Voir aussi :

https://bac-quebec.qc.ca/fr/consommateurs/activites/campagne-distraction-au-volant/