Sans Frais: 1.877.225.0446

Category: News and Events

This is a category description you can enter in the Posts > Categories menu and have it displayed on the archive page!


Un risque croissant d’inondation pour les maisons canadiennes

Lorsque des inondations se produisent, le paysage canadien se transforme. Les changements climatiques et la transformation continuelle de l’infrastructure terrestre, par la société, contribuent à accroître le risque d’inondation au Canada.

Nous assistons à la transformation de la terre, laquelle modifie l’impact de la météo. De paysages verts luxuriants aux infrastructures grises urbaines, nous altérons les façons dont l’eau de pluie est reçue puis véhiculée. Et nous devons alors mettre en place de nouveaux systèmes pour pallier aussi bien aux changements causés par l’homme qu’aux développements de nature environnementale.

Les systèmes météorologiques ralentissent, laissant derrière un impact plus dommageable. Le Canada subit actuellement une météo changeante qui tend à perdurer, et qui amène de grandes quantités de pluie, causant des inondations historiques comme l’inondation majeure au Manitoba en 2011 ou encore l’inondation catastrophique à Calgary en 2013.

Il est important que les citoyens soient bien informés sur les inondations afin de les aider à prendre les mesures de prévention nécessaires pour mieux faire face au risque. La sensibilisation de la population est cruciale pour éviter, avec succès, les conditions désastreuses.

Pour plus d’information sur les options de votre police en matière d’assurances contre les inondations, contactez votre courtier ou l’agent de la compagnie.

Source: http://www.insurancebusinessmag.com/ca/news/flood/the-new-generation-of-floods-explained-59968.aspx

Ford fait des voitures autonomes une réalité grâce à l’intelligence artificielle

L’intelligence artificielle consiste en la théorie et le développement de systèmes informatiques capables d’effectuer des tâches qui requièrent normalement l’intelligence humaine. La Ford Motor Company a annoncé investir 1 milliard $US dans une compagnie d’intelligence artificielle, la Argo AI, afin de développer un système de conduite virtuelle pour ses véhicules autonomes, dont le lancement est prévu en 2021.

Ford prend de l’expansion en matière de mobilité motorisée et autonome. La direction croit qu’en investissant dans Argo AI, elle créera une valeur additionnelle significative pour ses actionnaires. Cette valeur renforcera le leadership de l’entreprise puisqu’elle contribuera au lancement, à court terme, des véhicules autonomes, et qu’elle créera la technologie nécessaire qui elle, pourra ensuite être concédée à d’autres, par licence, dans l’avenir.

Ce partenariat vise à mettre au point un système de conduite virtuelle pour les véhicules autonomes SAE niveau 4 de Ford. Avide de renforcer la commercialisation des véhicules autonomes, la compagnie Argo AI joindra ses forces au développement du logiciel de véhicule autonome que Ford veut développer.

Le déploiement réussi des voitures autonomes changera fondamentalement la façon dont les gens et les marchandises sont transportés. Ce partenariat permettra aux voitures autonomes d’être commercialisées et vendues à grande échelle, en plus de rendre la mobilité abordable accessible à tous.

Nous continuerons d’observer l’usage de l’intelligence artificielle et son développement. Parce que le voyage dans l’univers de l’usage de l’intelligence artificielle ne fait que commencer, il y a là matière à observer avec fébrilité ce que le futur nous réserve.

Source: http://www.canadianunderwriter.ca/insurance/ford-investing-us1-billion-five-years-ai-company-develop-virtual-driver-system-1004108813/

La cyberassurance pour les activités commerciales

La cyberassurance vise à protéger aussi bien les consommateurs que les entreprises des risques en ligne associés à leurs infrastructures technologiques ; toutefois, elle n’est pas toujours incluse dans les polices d’assurance responsabilité commerciale générale ni dans les polices d’assurance classiques. Cela s’explique en grande partie par le fait que certaines sociétés d’assurance refusent de payer pour les atteintes à la protection des données causées par des mesures de sécurité inefficaces.

Comme les technologies en ligne jouent un rôle de plus en plus important dans nos vies privées et professionnelles, la cyberassurance devient une exigence essentielle pour la sécurité de la présence en ligne et de la technologie. Les primes et les indemnisations augmenteront avec les besoins et le coût des atteintes, lesquelles surviennent de plus en plus souvent.

La dernière cyberattaque contre Yahoo est un exemple flagrant que la cyberassurance devrait figurer en tête de liste des priorités des entreprises et inscrite à tous les budgets de 2017 !

Source : http://www.insurancebusiness.ca/ca/news/breaking-news/cyber-insurance-to-disrupt-businesses-218889.aspx

L’Alberta consacre un montant supplémentaire de 45 millions de dollars à la protection contre les inondations et la sécheresse

Le gouvernement de l’Alberta a annoncé un investissement additionnel de 45 millions de dollars pour assurer le financement de la protection contre les inondations et la sécheresse. Le projet qui devait se terminer à la fin de 2017 demeurera en vigueur pour les quatre prochaines années.

Les 45 millions de dollars iront au financement de deux programmes : 31 millions de dollars seront versés au Alberta Community Resilience Program (ACRP) et 14 millions de dollars iront au Watershed Resiliency and Restoration Program (WRRP).

Ce financement permettra d’améliorer davantage l’aide accordée par ces deux programmes essentiels de protection contre les inondations et la sécheresse en assurant une meilleure sécurité et un meilleur soutien des collectivités touchées par les effets des phénomènes météorologiques violents.

À ce jour, plus de 100 millions de dollars ont été versés aux projets visant à garantir la résilience des collectivités par l’intermédiaire de l’ACRP. L’argent a servi à la construction de digues, à la lutte contre l’érosion, à la gestion des eaux pluviales, à la protection des infrastructures municipales de gestion des ressources en eau et autres projets d’atténuation des inondations partout dans la province.

Si vous avez des questions, n’hésitez pas à communiquer avec votre courtier ou votre assureur.

Source : http://www.canadianunderwriter.ca/catastrophes/government-alberta-announces-additional-45-million-flood-drought-protection-1004105577/

Pourquoi le modèle d’assurance proposé par Turo pourrait créer un précédent dans le domaine de l’autopartage

Grâce à son service de location d’autos entre pairs, Turo permet aux propriétaires canadiens d’un véhicule privé de le rendre disponible pour location. Le propriétaire du véhicule reçoit 75 % du coût de la location et Turo 25 %.

L’entreprise propose de rentabiliser les véhicules sous-utilisés. Elle offre également une solution intéressante aux personnes qui ne peuvent se permettre d’acheter une voiture. Le service a été mis en ligne en Alberta, en Ontario et au Québec en avril dernier.

Une fois le modèle d’assurance bien établi, Turo veut élargir son service à la totalité du pays. Si toutes les provinces acceptent le modèle d’assurance proposé par Turo, il pourrait s’agir d’une première dans le domaine de la location entre pairs.

Intact Corporation financière a déjà signé une entente avec Turo selon laquelle les utilisateurs peuvent choisir entre deux assureurs : Intact Assurance et Bélairdirect. En vertu de cette entente, tous les véhicules sont protégés par une assurance responsabilité de deux millions de dollars.

L’assurance offerte par Intact Corporation financière est semblable à celle qu’elle offre aux autres entreprises de transport. Si une voiture inscrite au service Turo est conduite pour usage personnel, l’assurance personnelle du propriétaire s’applique. Si le véhicule loué est en livraison, il est protégé par l’assurance commerciale d’Intact.

À mesure que l’application prendra de l’importance, d’autres assureurs s’ajouteront. En effet, en juillet dernier, La Capitale assurances générales et sa filiale, L’Unique assurances générales, ont décidé de permettre à leur client d’utiliser le service Turo.

Communiquez avec votre courtier ou votre assureur pour savoir si votre assureur adhère au service Turo et à d’autres services d’autopartage.

Nouveau règlement adopté par la Cour supérieure de justice de l’Ontario : les voitures assurées conduites sans autorisation ne sont pas assurées

Une affaire récente soumise à la Cour supérieure de justice de l’Ontario a donné lieu à un précédent dans l’industrie de l’assurance auto. En effet, dans son jugement, la Cour a indiqué que les véhicules assurés sont considérés comme non assurés s’ils sont conduits sans l’autorisation du propriétaire.

Dans le cas, Skunk v Ketash, 2016 ONSC 2019, la Cour devait décider si l’assurance protégeait ou non la conjointe du titulaire de la police qui prenait place dans le véhicule conduit sans l’autorisation du propriétaire.

La plaignante, madame Skunk, prenait place dans la voiture de son conjoint, mais ce dernier n’était pas le conducteur du véhicule ; le conducteur était monsieur Ketash (le défendeur). La voiture a été impliquée dans un accident avec collision et madame Skunk a subi des blessures. Le défendant n’avait pas d’assurance, mais la voiture était assurée par Jevco.

Mme Skunk a déposé une réclamation auprès de Jevco, qui a refusé sa demande, car le conjoint de Mme Skunk avait accusé M. Ketash d’avoir volé le véhicule. Dans son jugement, la Cour supérieure donnait raison à Jevco, au motif qu’un plaignant ne peut soumettre une réclamation si le conjoint est propriétaire du véhicule. Pour en savoir plus, cliquer sur le lien : http://www.insurancebusiness.ca/news/auto/insured-cars-taken-without-consent-are-considered-uninsured-ontario-superior-court-212071.aspx

La morale de cette histoire ? Si vous êtes propriétaire d’un véhicule, pensez-y deux fois avant de le prêter à autre personne. Communiquez avec votre courtier ou votre assureur afin de savoir les conséquences d’une telle décision sur votre protection.

L’importance de la protection contre les inondations au Canada

Saviez-vous que les inondations sont la catastrophe naturelle la plus fréquente au Canada ? Saviez-vous également que jusqu’à tout récemment, le Canada était le seul des pays du G8 où les propriétaires n’avaient pas accès à l’assurance inondation ? Cette situation s’explique en partie par le fait que les programmes et les mesures mis de l’avant par les gouvernements au Canada depuis les années 50, y compris les Accords d’aide financière en cas de catastrophe (AAFCC ) entrés en vigueur en 1970 ont versé près de 6,8 milliards de dollars (CAD) aux sinistrés entre 1970 et 2014. Les trois quarts de cette somme sont allés aux victimes d’inondations.

Suite aux récentes inondations survenues au Canada, un nouveau rapport intitulé «The road to flood resilience in Canada» montre que les inondations qui se produisent au Canada peuvent entraîner des pertes dépassant les 13 milliards de dollars CAD et que seule la moitié de cette somme est couverte par les assurances. Cette situation peut avoir de graves conséquences économiques et sociales pour les consommateurs touchés.

Selon ce rapport, les assurances ont couvert environ le tiers des pertes économiques attribuables aux inondations survenues dans le sud de l’Alberta (2013) et environ 1 milliard de dollars des 1,5 milliard de dollars de perte attribuables à une inondation survenue à Toronto quelques semaines plus tard et qui a englouti des routes, des vois ferrées et des sous-sols.

Le rapport analyse non seulement les risques auxquels font face les Canadiens, mais aussi les mesures qui doivent être mises de l’avant et celles qui devraient l’être pour réduire ces risques. Le rapport exhorte l’industrie de l’assurance à mieux renseigner les consommateurs concernant ces produits. Essentiellement, toutes les parties prenantes à la gestion des risques devraient se concerter afin d’offrir aux Canadiens une meilleure protection contre ce risque à l’avenir.

Pour lire le rapport de la Swiss Re, cliquer ici

L’économie de partage et la technologie auront des répercussions importantes pour les assureurs

Les changements qui se produisent dans le monde numérique ont de profondes répercussions sur l’industrie de l’assurance. Dans un monde où le consommateur moyen peut louer son logement, utiliser son véhicule pour transporter d’autres personnes et se déplacer dans un véhicule autonome, les polices d’assurance doivent changer.  L’industrie de l’assurance est-elle prête à faire face à cette évolution technologique et à une économie de partage grandissante ?

L’industrie de l’assurance a démontré qu’elle savait s’adapter. Toutefois, la vitesse à laquelle les changements technologiques se produisent est maintenant exponentielle. Il y aura plus de changements d’ici 2025 qu’il n’y en a eu dans les cinquante dernières années. Cette rapide évolution du monde numérique et cette croissance de l’économie de partage continueront d’avoir une incidence sur le type de police d’assurance dont les consommateurs auront besoin. Selon monsieur Jacques Nantel, professeur à HEC Montréal, il ne fait aucun doute que les assureurs sauront s’adapter aux changements technologiques et aux besoins d’une économie de partage.

Nous continuerons de surveiller étroitement l’évolution de la situation afin de voir comment l’industrie de l’assurance s’adapte à cette nouvelle réalité.

Si vous prévoyez effectuer des rénovations, assurez-vous de mettre votre assurance habitation à jour

Si vous êtes propriétaire, il est important de vérifier votre police d’assurance habitation de façon régulière et d’effectuer les mises à jour nécessaires afin de vous assurer d’avoir la protection appropriée en cas de besoin. Ceci est particulièrement important si vous prévoyez effectuer des rénovations.

Vous pourriez être dans de beaux draps si vous avez omis d’aviser votre assureur des rénovations effectuées, car les modifications apportées à votre propriété pourraient annuler votre police. Les rénovations sont également l’occasion d’effectuer des améliorations qui pourraient vous permettre de réduire vos primes d’assurance et de réaliser des économies à long terme. Par exemple, il est facile et souvent moins coûteux d’installer un clapet anti-refoulement d’égout ou un système d’alarme au moment des rénovations.

Même si les travaux prévus ne sont pas majeurs, il n’en demeure pas moins qu’il est important de revoir votre police d’assurance habitation au moins une fois l’an pour vous assurer qu’elle répond à vos besoins. Pour lire le texte du reportage présenté sur CTV, cliquez ici.

Communiquez avec votre courtier ou votre assureur pour vérifier les conséquences de vos rénovations sur votre police d’assurance habitation.

Les ventes mondiales de véhicules sans conducteur devraient atteindre 21 millions de dollars en 2035

Selon les plus récentes prévisions de l’IHS dans le domaine de l’automobile, les ventes mondiales de véhicules sans conducteur atteindront 21 millions de dollars en 2035. De ce montant, 76 millions représentent les ventes qui seront réalisées d’ici 2035. Cela constitue une augmentation considérable par rapport aux évaluations précédentes effectuées par les constructeurs automobiles, les fournisseurs, et les entreprises de technologie qui s’intéressent à ce domaine.

Le nombre de véhicules autonomes vendus à l’échelle mondiale devrait atteindre 600 000 en 2025, et l’augmentation annuelle devrait se situer autour de 43 % entre 2025 et 2035. L’IHS croit que les États-Unis se hisseront au premier rang mondial en ce qui a trait au nombre de véhicules autonomes vendus, mais qu’ils seront rapidement déclassés par la Chine. Les plus importants marchés de l’Europe de l’Ouest demeureront en tête de peloton dans le segment haut de gamme.

Selon l’IHS, le domaine des technologies de véhicules autonomes continuera à être confronté à des difficultés comme les risques inhérents à la fiabilité des logiciels et à la cyber sécurité, la mise en place d’une réglementation locale et fédérale et de normes réglementaires, et l’établissement d’un cadre juridique régissant les véhicules sans conducteur. Pour en savoir plus sur l’étude de l’IHS, vous pouvez consulter le communiqué de presse ici.