Sans Frais: 1.877.225.0446

Un risque croissant d’inondation pour les maisons canadiennes

Lorsque des inondations se produisent, le paysage canadien se transforme. Les changements climatiques et la transformation continuelle de l’infrastructure terrestre, par la société, contribuent à accroître le risque d’inondation au Canada.

Nous assistons à la transformation de la terre, laquelle modifie l’impact de la météo. De paysages verts luxuriants aux infrastructures grises urbaines, nous altérons les façons dont l’eau de pluie est reçue puis véhiculée. Et nous devons alors mettre en place de nouveaux systèmes pour pallier aussi bien aux changements causés par l’homme qu’aux développements de nature environnementale.

Les systèmes météorologiques ralentissent, laissant derrière un impact plus dommageable. Le Canada subit actuellement une météo changeante qui tend à perdurer, et qui amène de grandes quantités de pluie, causant des inondations historiques comme l’inondation majeure au Manitoba en 2011 ou encore l’inondation catastrophique à Calgary en 2013.

Il est important que les citoyens soient bien informés sur les inondations afin de les aider à prendre les mesures de prévention nécessaires pour mieux faire face au risque. La sensibilisation de la population est cruciale pour éviter, avec succès, les conditions désastreuses.

Pour plus d’information sur les options de votre police en matière d’assurances contre les inondations, contactez votre courtier ou l’agent de la compagnie.

Source: http://www.insurancebusinessmag.com/ca/news/flood/the-new-generation-of-floods-explained-59968.aspx

Ford fait des voitures autonomes une réalité grâce à l’intelligence artificielle

L’intelligence artificielle consiste en la théorie et le développement de systèmes informatiques capables d’effectuer des tâches qui requièrent normalement l’intelligence humaine. La Ford Motor Company a annoncé investir 1 milliard $US dans une compagnie d’intelligence artificielle, la Argo AI, afin de développer un système de conduite virtuelle pour ses véhicules autonomes, dont le lancement est prévu en 2021.

Ford prend de l’expansion en matière de mobilité motorisée et autonome. La direction croit qu’en investissant dans Argo AI, elle créera une valeur additionnelle significative pour ses actionnaires. Cette valeur renforcera le leadership de l’entreprise puisqu’elle contribuera au lancement, à court terme, des véhicules autonomes, et qu’elle créera la technologie nécessaire qui elle, pourra ensuite être concédée à d’autres, par licence, dans l’avenir.

Ce partenariat vise à mettre au point un système de conduite virtuelle pour les véhicules autonomes SAE niveau 4 de Ford. Avide de renforcer la commercialisation des véhicules autonomes, la compagnie Argo AI joindra ses forces au développement du logiciel de véhicule autonome que Ford veut développer.

Le déploiement réussi des voitures autonomes changera fondamentalement la façon dont les gens et les marchandises sont transportés. Ce partenariat permettra aux voitures autonomes d’être commercialisées et vendues à grande échelle, en plus de rendre la mobilité abordable accessible à tous.

Nous continuerons d’observer l’usage de l’intelligence artificielle et son développement. Parce que le voyage dans l’univers de l’usage de l’intelligence artificielle ne fait que commencer, il y a là matière à observer avec fébrilité ce que le futur nous réserve.

Source: http://www.canadianunderwriter.ca/insurance/ford-investing-us1-billion-five-years-ai-company-develop-virtual-driver-system-1004108813/

Les assurances pour le yoga et ses besoins grandissants

Alors que la forme physique continue d’être de plus en plus en demande et ce, aussi bien auprès des avant-gardistes qu’auprès des passionnés de la santé, le besoin d’un programme d’assurances pour sa pratique l’est tout autant. En plus des bénéfices que procure le yoga pour la forme et l’équilibre physiques, cette activité est également pratiquée en tant que méthode de traitement pour l’ESPT (état de stress post-traumatique), les entorses, la dépression et les problèmes conjugaux.

L’industrie du yoga et la demande en assurances pour couvrir sa pratique sont grandissantes et ce, à un rythme accéléré. Les tendances changent constamment et, parfois, les changements se manifestent plus rapidement que la capacité de réaction des assurances. S’impliquer dans ce segment nécessite de rafraîchir constamment son regard sur l’industrie et sur la demande grandissante, lesquelles se transforment et se développent de minute en minute.

Puisque ce champ d’assurances commence à être défini et étudié, il sera intéressant d’observer la direction que tout cela prendra. Nous continuerons de surveiller comment les assurances pour le yoga seront touchées l’an prochain. Si vous êtes préoccupé par la question, contactez votre courtier ou l’agent de votre compagnie pour en parler.

Source: http://www.insurancebusinessmag.com/ca/news/breaking-news/yoga-insurance-the-pros-and-cons-59789.aspx

Fraudes par courrier: une loterie perdante

L’escroquerie par courrier est un stratagème frauduleux qui vise à obtenir de l’argent ou quelque chose de valeur de la part d’un individu. En 2014, le Rapport statistique annuel du Centre antifraude du Canada a dévoilé que plus de 42 000 plaintes ont été déposées relativement à des activités frauduleuses au Canada ou affectant des Canadiens.

Le 10 février 2017, la Commission des services financiers de l’Ontario (la FSCO) a émis un avertissement aux consommateurs à propos d’une escroquerie par courrier impliquant une compagnie d’assurances non enregistrée appelée TD Insurance, Melohre Mannex. Bien que cette compagnie ait un nom similaire à celui d’une compagnie d’assurances licenciée, elle n’est pas enregistrée ou affiliée à la FSCO ou même à l’organisme Courtiers d’Assurances Inscrits de l’Ontario (le RIBO).

Cette compagnie frauduleuse envoie des avis informant les personnes destinataires qu’elles comptent parmi les gagnants d’un concours intitulé Home Phone Mega Sweepstakes Raffle. Cette compagnie déclare travailler au nom des Services de Compensations Financières d’Amérique du Nord dans le but de trouver les gagnants qui n’ont pas réclamé leurs gains.

Cette compagnie frauduleuse envoie à ces gens un chèque afin, supposément, de les aider à payer les frais de taxes, d’assurances, de manutention et de livraison. Elle demande ensuite à ces gens de contacter le représentant aux réclamations dont le nom figure sur le document et ce, afin d’activer le chèque ou encore amorcer le processus de réclamation.

Ce type d’escroquerie est communément connu comme étant une fraude par paiement anticipé de frais. La FSCO met en garde les citoyens de faire preuve de grande prudence lorsqu’ils reçoivent une correspondance non sollicitée faisant état d’une loterie, d’un concours ou de gains par tirage. Elle les encourage également à transmettre des copies de ces correspondances qu’ils ont reçues au Centre antifraude du Canada. Au cours de la dernière année, la FSCO a émis plusieurs avertissements au sujet de fraudes par paiement anticipé de frais.

Pour plus d’information sur les options de votre police en matière d’assurances contre la fraude, contactez votre courtier ou agent d’assurances.

Source: http://www.canadianunderwriter.ca/insurance/fsco-issues-warning-mail-scam-conducted-unlicensed-insurance-company-1004108766/

Les dangers de texter & conduire

Notre message Texting and Driving posté sur notre blogue en 2014 a reçu beaucoup d’attention récemment. Puisque ce sujet continue d’être préoccupant sur nos routes, nous souhaitons le remettre à l’avant-plan.

Money Saving Pro a récemment produit un guide sur les dangers de texter en conduisant et ce, à partir de nos messages affichés dans le passé. Bien qu’il y ait une sensibilisation générale à grande échelle entourant cette dangereuse activité,  l’argument le plus convaincant demeure les statistiques: https://www.moneysavingpro.com/cell-phone-plans/texting-and-driving/

Les statistiques sur le fait de texter et conduire peuvent être révélatrices pour ceux qui ne voient pas cette activité comme étant un réel problème sur nos routes:

  • En 2013, environ 341 000 accidents d’auto ont été causés par le textage tout en conduisant (Conseil National de Sécurité)
  • En 2014, 3 179 personnes ont été tuées en raison d’un accident de voiture causé par une distraction au volant (U.S. Department of Transportation/Distraction.gov)
  • Environ 660 000 conducteurs utilisent un appareil électronique à tout moment. (National Highway Traffic Safety Administration)

Nous ne souhaitons pas ternir toutes les belles choses que nos téléphones intelligents apportent à nos vies. Mais comme dans toutes choses, cependant, le niveau de risque doit être atténué afin d’apprécier pleinement son usage sans toutefois alourdir indûment les inconvénients.

La cyberassurance pour les activités commerciales

La cyberassurance vise à protéger aussi bien les consommateurs que les entreprises des risques en ligne associés à leurs infrastructures technologiques ; toutefois, elle n’est pas toujours incluse dans les polices d’assurance responsabilité commerciale générale ni dans les polices d’assurance classiques. Cela s’explique en grande partie par le fait que certaines sociétés d’assurance refusent de payer pour les atteintes à la protection des données causées par des mesures de sécurité inefficaces.

Comme les technologies en ligne jouent un rôle de plus en plus important dans nos vies privées et professionnelles, la cyberassurance devient une exigence essentielle pour la sécurité de la présence en ligne et de la technologie. Les primes et les indemnisations augmenteront avec les besoins et le coût des atteintes, lesquelles surviennent de plus en plus souvent.

La dernière cyberattaque contre Yahoo est un exemple flagrant que la cyberassurance devrait figurer en tête de liste des priorités des entreprises et inscrite à tous les budgets de 2017 !

Source : http://www.insurancebusiness.ca/ca/news/breaking-news/cyber-insurance-to-disrupt-businesses-218889.aspx

L’Alberta consacre un montant supplémentaire de 45 millions de dollars à la protection contre les inondations et la sécheresse

Le gouvernement de l’Alberta a annoncé un investissement additionnel de 45 millions de dollars pour assurer le financement de la protection contre les inondations et la sécheresse. Le projet qui devait se terminer à la fin de 2017 demeurera en vigueur pour les quatre prochaines années.

Les 45 millions de dollars iront au financement de deux programmes : 31 millions de dollars seront versés au Alberta Community Resilience Program (ACRP) et 14 millions de dollars iront au Watershed Resiliency and Restoration Program (WRRP).

Ce financement permettra d’améliorer davantage l’aide accordée par ces deux programmes essentiels de protection contre les inondations et la sécheresse en assurant une meilleure sécurité et un meilleur soutien des collectivités touchées par les effets des phénomènes météorologiques violents.

À ce jour, plus de 100 millions de dollars ont été versés aux projets visant à garantir la résilience des collectivités par l’intermédiaire de l’ACRP. L’argent a servi à la construction de digues, à la lutte contre l’érosion, à la gestion des eaux pluviales, à la protection des infrastructures municipales de gestion des ressources en eau et autres projets d’atténuation des inondations partout dans la province.

Si vous avez des questions, n’hésitez pas à communiquer avec votre courtier ou votre assureur.

Source : http://www.canadianunderwriter.ca/catastrophes/government-alberta-announces-additional-45-million-flood-drought-protection-1004105577/

Le bureau des assurances met en garde contre les effets des catastrophes environnementales

Face à l’augmentation des catastrophes naturelles, l’industrie canadienne de l‘assurance pourrait décider d’augmenter les primes payées par les consommateurs.

La facture de l’incendie de Fort McMurray a suscité bien des débats au sein de l’industrie de l‘assurance, ce qui a conduit de nombreuses personnes à croire que les mauvaises conditions météorologiques sont une priorité absolue à l‘échelle nationale. Les effets du réchauffement climatique se font sentir comme le démontre l’augmentation du nombre d’inondations et d’incendie, partout au Canada.

Comme l’assurance protège les clients en cas de catastrophe, les sommes versées lors de ces événements ont connu une hausse spectaculaire. Cela dit, les assureurs doivent confirmer que les primes établies correspondent à l’exposition réelle au risque, et qu’ils peuvent augmenter les primes si une propriété est située dans une zone à risque élevée.

Il est essentiel de sensibiliser le public aux effets des catastrophes environnementales afin d’aider les propriétaires à se protéger et à protéger leurs biens. Les consommateurs doivent savoir comment atténuer les pertes et réduire les risques auxquels ils s’exposent le plus possible, car les catastrophes naturelles ne sont plus une menace, mais bien une réalité.

L‘augmentation des demandes de règlement au titre de l’assurance automobile pourrait entraîner une augmentation des primes en 2017

Une hausse sans précédent du nombre des demandes de règlement au titre de l’assurance automobile pourrait toucher les assurés, car l’industrie étudie la possibilité d’augmenter les primes payées par les consommateurs. De nouvelles études par l’Agence statistique d’assurance générale du Canada démontrent une hausse fulgurante des demandes de règlement.

Cette année, les primes n’ont pas subi d’augmentation malgré le nombre croissant des règlements, ce qui a représenté une mauvaise année pour les assureurs. Ainsi, le Manitoba a constaté une augmentation de 68 % du nombre des demandes d’indemnités qui ne font pas suite à une collision, tandis qu’au Nouveau-Brunswick l’augmentation des demandes de règlement a dépassé les 30 %. Cette augmentation des coûts pour l’ensemble du pays pourrait se refléter dans les primes que les consommateurs devront payer l’an prochain.

De l’avis de madame Amanda Dean, vice-présidente du bureau des assurances pour l’Atlantique, il est difficile de prédire ce que l’industrie décidera de faire face à cette augmentation. À son avis, même si cette augmentation s’est produite l’année dernière, il se peut que la situation ne se reproduise pas.

Nous continuerons de surveiller la situation afin de voir ce qui en sera des primes demandées l’année prochaine. Si vous avez des inquiétudes, n’hésitez pas à vous adresser à votre courtier ou à votre assureur.

Le Québec réglemente Airbnb. Les propriétaires se conformeront-ils ?

Bien que le gouvernement du Québec ait récemment modifié sa loi sur les établissements d’hébergement touristique afin d’encadrer les personnes qui louent leur logement à des touristes, certaines personnes doutent que la loi mette fin à cette façon de faire.

En vertu de la loi, toute personne qui offre un logement en location pour une période inférieure à 31 jours doit souscrire une assurance d’au moins 2 millions de dollars, et obtenir un permis coûtant 250 $. Selon une source journalistique, moins de 500 permis ont été délivrés au Québec, dont 41 dans la ville de Montréal.

Par comparaison, il est important de noter que plus de 10 000 logements sont inscrits sur les sites de partage de logement au Québec, ce qui signifie que les locateurs n’ont pas l’assurance nécessaire.

Les utilisateurs trouvent des échappatoires dans la loi, ce qui fait comprendre aux législateurs qu’ils doivent prendre position contre cette activité illégale. Comme les modifications sont entrées en vigueur il y a cinq mois à peine, on peut espérer qu’avec le temps la loi sera davantage respectée.