Sans frais : 1.877.225.0446

Monthly Archives: December 2019

Technologie d’aide à la conduite : s’agit-il vraiment d’une distraction de plus au volant?

Les systèmes d’aide à la conduite peuvent représenter un danger sur nos routes. Mais on devrait n’y voir qu’une tendance à court terme, le temps de les intégrer dans nos pratiques. Dans un sondage national réalisé par Desjardins Assurance, 63 % des répondants estiment que les technologies de sécurité des véhicules sont une source de distraction au volant et plus de 80 % des répondants jugent qu’il faudrait plus d’éducation sur la façon de les utiliser.

L’augmentation du nombre potentiel de collisions attribuées aux technologies de sécurité automobile a une incidence directe sur l’assurance. Comme les nouveaux dispositifs d’aide à la conduite, telle la caméra de recul, ne sont plus réservés aux véhicules haut de gamme, les technologies de sécurité ont fait grimper les coûts des dommages et des réparations pour les compagnies d’assurance.

Desjardins affirme que l’amélioration des dispositifs d’aide à la conduite a fait que les gens s’y fient trop et deviennent moins conscients de leur environnement. Selon le vice-président à l’indemnisation chez Desjardins, il est difficile d’évaluer le nombre exact de collisions dues aux technologies de sécurité, mais les assureurs devraient prendre note de ce nouvel état des choses.

Source : https://www.canadianunderwriter.ca/technology/driver-assist-technology-is-it-really-just-another-distraction-1004171541/

Voir aussi : https://blogues.desjardins.com/communiques-de-presse/2019/11/pres-de-la-moitie-des-conducteurs-canadiens-croient-que-les-technologies-de-securite-des-vehicules-p.php

Le manque de communication avec les autres secteurs nuit à l’assurance

Lorsque des changements surviennent dans d’autres industries, il est important pour les chefs de file de l’assurance de dommages de se constituer parties prenantes. Ils se doivent d’être renseignés à temps sur les innovations et les tendances émergentes afin de pouvoir en évaluer les effets sur l’assurance. Or, la communication entre les grands secteurs d’activité reste lacunaire, empêchant les compagnies d’assurance de planifier et de se préparer adéquatement aux nouvelles tendances et à leurs retombées possibles.

Le tort causé aux fournisseurs d’assurance automobile par le manque de communication avec les constructeurs automobiles a mis ce problème en lumière. Les dispositifs électroniques, devenus courants dans les voitures, ont porté les coûts à la hausse pour les assureurs en raison des frais de réparation plus élevés qu’ils entraînent en cas de dommages. Les compagnies d’assurance ont souffert de n’avoir pu planifier et se préparer aux conséquences de ces avancées technologiques.

Voulant remédier à la situation, les hauts cadres du courtage d’assurance se concertent désormais davantage avec les dirigeants d’autres secteurs d’activité afin de mieux comprendre les tendances futures et les répercussions qu’elles pourraient avoir sur l’industrie de l’assurance.

Source : https://www.canadianunderwriter.ca/brokers/how-a-lack-of-communication-with-other-sectors-is-hurting-insurance-1004171424/