Sans Frais: 1.877.225.0446

Monthly Archives: November 2016

L‘augmentation des demandes de règlement au titre de l’assurance automobile pourrait entraîner une augmentation des primes en 2017

Une hausse sans précédent du nombre des demandes de règlement au titre de l’assurance automobile pourrait toucher les assurés, car l’industrie étudie la possibilité d’augmenter les primes payées par les consommateurs. De nouvelles études par l’Agence statistique d’assurance générale du Canada démontrent une hausse fulgurante des demandes de règlement.

Cette année, les primes n’ont pas subi d’augmentation malgré le nombre croissant des règlements, ce qui a représenté une mauvaise année pour les assureurs. Ainsi, le Manitoba a constaté une augmentation de 68 % du nombre des demandes d’indemnités qui ne font pas suite à une collision, tandis qu’au Nouveau-Brunswick l’augmentation des demandes de règlement a dépassé les 30 %. Cette augmentation des coûts pour l’ensemble du pays pourrait se refléter dans les primes que les consommateurs devront payer l’an prochain.

De l’avis de madame Amanda Dean, vice-présidente du bureau des assurances pour l’Atlantique, il est difficile de prédire ce que l’industrie décidera de faire face à cette augmentation. À son avis, même si cette augmentation s’est produite l’année dernière, il se peut que la situation ne se reproduise pas.

Nous continuerons de surveiller la situation afin de voir ce qui en sera des primes demandées l’année prochaine. Si vous avez des inquiétudes, n’hésitez pas à vous adresser à votre courtier ou à votre assureur.

Le Québec réglemente Airbnb. Les propriétaires se conformeront-ils ?

Bien que le gouvernement du Québec ait récemment modifié sa loi sur les établissements d’hébergement touristique afin d’encadrer les personnes qui louent leur logement à des touristes, certaines personnes doutent que la loi mette fin à cette façon de faire.

En vertu de la loi, toute personne qui offre un logement en location pour une période inférieure à 31 jours doit souscrire une assurance d’au moins 2 millions de dollars, et obtenir un permis coûtant 250 $. Selon une source journalistique, moins de 500 permis ont été délivrés au Québec, dont 41 dans la ville de Montréal.

Par comparaison, il est important de noter que plus de 10 000 logements sont inscrits sur les sites de partage de logement au Québec, ce qui signifie que les locateurs n’ont pas l’assurance nécessaire.

Les utilisateurs trouvent des échappatoires dans la loi, ce qui fait comprendre aux législateurs qu’ils doivent prendre position contre cette activité illégale. Comme les modifications sont entrées en vigueur il y a cinq mois à peine, on peut espérer qu’avec le temps la loi sera davantage respectée.